Faire un don Retour aux dispositifs

Communautés Thérapeutiques

Devant un patient dont le parcours de soin vous semble devoir s'appuyer sur une expérience d'autonomie dans un lieu résidentiel thérapeutique, vous pouvez faire appel aux COMMUNAUTÉS THÉRAPEUTIQUES.

Communautés thérapeutiques

Le rôle des Communautés

L'approche psychothérapique des troubles de la personnalité (dépressifs, narcissiques, psychotiques) est une démarche féconde mais de longue haleine. Elle suppose que le patient et son entourage aient la capacité de supporter les souffrances et les nuisances de cette pathologie. C'est pourquoi le recours à un milieu de vie substitutif est souvent nécessaire dans de tels cas.

L'association Santé Mentale et Communautés, depuis 1979, met à la disposition des personnes souffrant de tels troubles, des communautés thérapeutiques pour des séjours temporaires dont la durée (de quelques mois à quelques années) est fonction de leur évolution personnelle.

Le fonctionnement de ces communautés est conçu pour éviter le plus possible le double risque de l'abandon ou de la disqualification.

Eviter l'abandon

  • Par un habitat agréable de dimensions réduites : maisons situées au cœur de Villeurbanne pouvant accueillir sept à huit personnes, chacune disposant d'une chambre individuelle et d'espaces communs à partager.
  • Par la présence discontinue de deux stagiaires-psychologues qui partagent des moments de la vie de la maison avec les résidents (convention SMC/Université).
  • Par le suivi d'une équipe de thérapeutes institutionnels (deux "correspondants" psychologues et/ou infirmiers, un médecin psychiatre).
  • Les correspondants animent chaque semaine, dans la maison, une réunion obligatoire dite "de régulation", espace d'échanges (où sont évoquées les questions relationnelles ou personnelles rencontrées dans le groupe) et de décisions concernant la vie communautaire.
    Le médecin psychiatre et les correspondants reçoivent chaque résident lors d'un entretien mensuel centré sur son évolution personnelle.
    En cas de besoin, les résidents peuvent faire appel aux membres de l'équipe institutionnelle, dont ils ont les coordonnées téléphoniques.
    Le directeur de Santé Mentale et Communautés assure le pôle gestionnaire : il est l'interlocuteur des résidents et de l'équipe pour toutes les questions concernant le confort de la vie quotidienne.
  • Par l'obligation, pour chaque résident, de poursuivre un soin individuel extérieur à la communauté thérapeutique, et ce pendant toute la durée de son séjour.
    Des entretiens-bilans réunissant le résident, son ou ses soignant(s) personnel(s) et les thérapeutes institutionnels ont lieu régulièrement.

Eviter la disqualification

  • Par l'absence délibérée de soignant vivant dans la communauté : il ne s'agit pas de combler toutes les lacunes affectives ou relationnelles du résident, mais de l'aider à intégrer peu à peu les affects douloureux qu'il affronte inévitablement dans cette expérience, et favoriser ainsi son évolution vers plus d'autonomie psychique.
    L'existence à l'extérieur de la communauté d'un projet thérapeutique incarné dans une relation avec un ou des thérapeutes prend ici toute son importance.
  • Par l'existence d'un règlement intérieur précisant les obligations et responsabilités de chacun.
  • Par le paiement mensuel d'un loyer, dont le montant est modulé selon les ressources du résident, et les dépenses de la maison (eau, électricité, chauffage). Cette participation financière vient en déduction du budget alloué par l'ARH à Santé Mentale et Communautés.
  • Par la possibilité pour chaque résident de participer aux prises de décision concernant l'admission d'un résident et divers aspects de la vie communautaire (gestion de caisses communes, ménage, etc.).
  • Par la liberté laissée à chacun de gérer sa vie relationnelle, notamment de recevoir des invités, dans le respect des autres résidents.

Admission

Les communautés thérapeutiques peuvent accueillir toute personne âgée de plus de 18 ans, ayant des capacités d'autonomie sociale suffisantes.

  • La candidature est posée par le futur résident lui-même, ou, dans un premier temps, par ses thérapeutes personnels. Des rencontres préalables lui sont proposées avec les correspondants ; dans un deuxième temps, le médecin-psychiatre institutionnel reçoit le candidat et confirme ou non l'intérêt du projet.
  • Sa candidature acceptée, le futur résident rencontre alors la communauté au cours d'une réunion de régulation.
  • S'il maintient son projet, il vient passer 15 jours ou 1 mois dans la communauté : à l'issue de cette période d'essai (renouvelable), l'accord des résidents, de l'équipe institutionnelle et de l'intéressé est nécessaire pour que celui-ci y réside.

Pour prendre contact
avec une Communauté Thérapeutique

  • Téléphone : 04 72 65 75 00

Contact

carte Acces Google Map

Communautés Thérapeutiques

La Baïsse

  • Dr Mathieu KINTZ - Psychiatre
  • Séverine PHILIBERT - Infirmière
  • Abdoulkafi ALI ISMAËL - Psychologue

Le Cerisier

  • Marie YUSTE - Infirmière
  • Emilie MOREAU - Psychologue
Association SMC - Santé Mentale et Communautés à Villeurbanne et Lyon Association SMC - Santé Mentale et Communautés à Villeurbanne et Lyon
Dispositifs